Un projet – un Mas – Le Mas Casanove

Posté par Domaine Casanove le 3 avril 2010

 Retrouvez nous aussi sur notre site www.domainecasanove.fr

 

Le Domaine Casanove à Maureillas

est un domaine où toutes les cultures sont en bio

Nous sommes :

- Producteurs de safran, grenades, figues, tomates anciennes

- Vignerons

- Accueil à la ferme pour des visites ou pour passer des vacances en pleine nature.

 

petite manon  OLYMPUS DIGITAL CAMERA rosé syrah 2015jpg

 La diversité des cultures est dans notre nature,….

 

 

Retrouvez en cliquant sur le lien notre safran et nos produits safranés avec notre boutique en ligne 

 Pour réserver notre roulotte ou notre écogîte :

 LOCATION - LA ROULOTTE SAUVAGE

 LOCATION ECOGÎTE « ELS FORMIGUES »

( OU CONTACTEZ NOUS DIRECTEMENT AU 06 77 34 39 74 ou par mail : domaine.casanove@gmail.com)

                                                                                                                                Gîtes_de_France_logo_2008   ecogite

 

BONJOUR, Hello

En 2011, nous avons créé ex nihilo, le Domaine Casanove, exploitation agricole en agriculture biologique.

Nous avons décidé de faire ce blog pour permettre à nos amis, et à chacun, de suivre pas à pas l’évolution de ce projet fou : quitter notre département, l’Isère, notre travail, , notre maison, nos amies, nos amis, nos habitudes…. en ne gardant que l’essentiel pour créer une exploitation agricole, en associant l’accueil en gîtes.

Vous pouvez nous laisser un message dans commentaire ou dans contact (dans la barre du haut),  nous envoyer un mail…

Vous pourrez lire certains articles en Anglais: le Mas, et le  projet

Merci à toutes et à tous pour vos petits mots laissés sur notre blog.

Welcome, Hello,

 We decided to make this blog to allow our friends to follow step by step the evolution of this crazy project:  leave our department, Isère, our work, our home, our friends, our routine to take over a run-down farm and create some  gîtes .

 Thanks to all for all your messages  left on our blog!

Le Mas à Maureillas Las Illas ( tous les « S » se prononcent)- Mas Casanove

C’est en Janvier 2010, que nous décidons d’implanter notre projet d’agrotourisme dans les Pyrénées Orientales. Au cours de nos visites nous privilégions les environs de Céret. Le 15 juin 2010, nous emménageons, après quelques travaux dans une petite maison à Ceret même. Nous repérons rapidement le Mas que nous venons d’acquérir. Le 6 mai 2011, nous signons la vente et le 10 décembre 2011, nous déménagerons sur la commune de Maureillas Las Illas, pour vivre dans le Mas. Il est situé au pied des Albères, à moins de 2 heures de Barcelone, 30 minutes de Collioure, 1h40 de Font Romeu, 30 mn de Perpignan et 7 km de Ceret.

Le mas comporte moins de 4 ha de terrain, avec le canal d’irrigation qui passe sur les terres. Le Mas est construit pour une partie en pierre, qui daterait entre 1850 et 1880, et pour une autre partie, une extension, en brique rouge, de 1976. Il comporte deux étages pour l’ancienne partie et un étage pour la partie plus récente. Il n’est plus habité depuis au moins 5 ans. L’eau potable, (29 m » consommée, avant notre arrivée),l’électricité et le téléphone sont présents sur le site. La toiture a été refaite en poutre métallique. Donc, murs et toitures, vont pouvoir être conservés. 

Nous donnons au Mas son nom d’origine « Mas Casanove », car  il portait le nom de famille des anciens propriétaires. 

 

Le Mas to Maureillas Las Illas (all « S » are pronounced)

In January 2010, we made our decision to commence our agro-tourism project in the Eastern Pyrenees. Following a number of visits we then selected an area near the small town of Ceret.

On June 15, 2010, we moved into a small house in Ceret itself after some minor renovations and soon after found the property of our dreams in the village of Las Illas Maureillas.

On May 6, 2011, we bought the property and we should be moving in around September 2011!

 It is situated at the foot of the Albères Mountains, less than two hours from Barcelona, ​​30 minutes from Collioure, 1 hour 40 from Font Romeu, 30 minutes from Perpignan and 7 km from Ceret.

The house has less than 4 ha of land with an irrigation canal  passing over the land. The oldest part of the Mas is made of stone (dating from between 1850 and 1880) with two storeys, and the other part (a one storey extension) is made of red brick (from 1976). The roof has been reinforced with metal beams, so the walls and roof will be preserved. Although it has been uninhabited for at least 5 years, drinking water, electricity and telephone are on site!

We’ll probably keep the original name « Mas Casanova », because to date it still bears the name of the original owners. 



p1230058.jpg 

 

 

Publié dans Non classé | 3 Commentaires »

- La courtilière….

Posté par Domaine Casanove le 14 août 2013

- La courtilière.... dans Liens p7140733-300x225

Une jeune courtilière 1 cm environ….les plus jeunes que celle-ci sont plus petites et sont blanches. Elle a été trouvé en juillet 2013 dans une cavité à 15 cm de profond à peine.

La courtilière aime particulièrement le taupin et les meilleurs prédateurs de la courtilière sont : la taupe, la musaraigne. Mais la courtilière aime aussi les bulbes, les racines, les larves de hannetons….

imag0437-99x150 courtilière dans Liens                   imag0549-99x150 insecte de terre

Ses galeries sont profondes et le diamètre du trou dépasse 1 cm. Elle aime les terres argileuses, ce qui lui permet de faire des galeries très solides.

2013-07-13-08.32.43-1-300x225 insecte qui fait des galeries

Voici une courtilière adulte, celle-ci fait moins de 5 cm. on la nomme aussi  taupe grillon.

Un bon moyen pour lutter contre elle :

- les prédateurs naturels, si les taupes sont là, c’est qu’elles ont repéré de quoi se nourrir.

- l’huile végétal, une fois que l’on a repéré une cavité on l’inonde d’huile (10 cl environ), la courtilière  remonte à la surface après quelques minutes de patience.

 

 

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

- Plantation grenadiers fev2012

Posté par Domaine Casanove le 28 février 2012

Voici enfin quelques photos de la première campagne de plantation des grenadiers (c’est un pdf, donc pour faire défiler les photos, servez vous de la roulette de votre souris).

On remettra prochainement d’autre diaporamas sur cette campagne mémorable!

fichier pdf CAMPAGNE GRENADIER FEV2012             fichier pdf CAMPAGNE GRENADIER light2

 

 

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

- Cloisons chaux chanvre

Posté par Domaine Casanove le 8 décembre 2011

Le 8 décembre 2011

Petite publication sur la création des cloisons chaux chanvre….pour celles et ceux qui veulent essayer.

Dans un premier temps nous conseillons d’éviter des périodes de froid et de forte humidité, ces cloisons sont longues à faire sécher, elles contiennent beaucoup d’eau. 

Dans un deuxième temps, il est préférable aussi de se dire qu’il faut un peu de temps pour ce type de cloisons. Il faut monter les coffrages en partie basse, fabriquer la matière, tasser, attendre un jour, puis décoffrer le bas et coffrer au dessus de la cloison fabriquée en chaux chanvre. Cette closion se monte par étape, afin de bien tasser le mélange chaux chènevotte.

Le mélange:

4 seaux et demi de chènevotte de chanvre pour un demi sac de chaux NHL 3,5. Il faut à peu près un seau et demi d’eau voire deux pour ses quantités de matière.

Dans la bétonnière, commencer par mettre une partie de la chènevotte et de l’eau, mélanger, puis mettre la chaux. Mettre la totalité des matières petit à petit, en dosant l’eau. Une pâte homogène doit être obtenue. Le mélange est bon quand il y a des petites boulettes qui se forment dans la bétonnière. 

Ce mélange est vidé dans le coffrage et il faut tasser fortement. On monte notre mur par étape. Pour la dernière partie, celle du haut, il faut coffrer seulement un seul côté, et faire un mélange plus épais afin que le mélange ait une bonne tenue. 

Il faut donc

-de la chaux NHL 3,5

-de la chenevotte de chanvre

-de l’eau

-des bois de coffrages, des clous

-une bétonnière (c’est parfait pour le mélange)

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à nous envoyer un mail, dans contact.

 

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

- L’approche technique de la rénovation du Mas –

Posté par Domaine Casanove le 31 août 2011

Mise à jour : 05septembre 2011
Pour les personnes plus initiées, voici un topo technique sur le cheminement technique qui nous amené à faire les choix que nous mettons en oeuvre aujourd’hui.

STRATEGIE GLOBALE – OBJECTIFS

Tout d’abord, il s’agit d’une stratégie environnementale et plus particulièrement énergétique, basée sur les objectifs génériques suivants, les choix techniques à proprement dits ne venant qu’à la fin :

- Rendre l’habitation économe en énergie (par ses faibles besoins propres)

- Utiliser des matériaux sains afin de ne développer aucun composé organique volatil dans l’ambiance

- Une maison plus généreuse en lumière naturelle qu’elle ne l’était

- Une maison dont le confort thermique en été serait agréable, en proscrivant la climatisation

- Un bilan carbone (énergie grise* + énergie d’exploitation*) performant

*  Energie grise : énergie nécessaire au cycle de vie complet d’un matériaux »du berceau à la tombe » – énergie d’exploitation : énergie nécessaire au fonctionnement d’un bâtiment (chauffage, éclairage, ECS, auxiliaire chauffage et ECS, ventilation…)

- Et enfin valorisation des énergies renouvelables disponibles localement et servant à l’habitation

 Il s’agissait de concilier l’ensemble des objectifs, certains étant en contradiction avec d’autres… C’est ce qu’on appelle, dans le jargon HQE, la démarche multicritères. Et tout ceci pour un budget raisonnable (soutenable).

 

1 – THERMIQUE DE L’ENVELOPPE BATIE – BIOCLIMATIQUE

Notre climat est marqué par trois éléments : Des étés chauds (parfois très chaud), du vent pouvant être très fort (pour nous, c’est surtout le vent de la mer qui importe, car le mas est protégé de la tramontane) et des températures en hiver qui peuvent parfois descendre à -7°C.

Il fallait donc une maison fortement isolée, pour limiter les besoins de chauffage en hiver et limiter la pénétration de la chaleur par les parois en été, et bien entendu une excellente étanchéité à l’air.

Pour compléter cette base, nous avions besoin d’inertie thermique* pour améliorer le confort d’été couplée à un principe de ventilation naturelle nocturne efficace, et travailler sur le couple « vitrage / occultations ». Sur ce dernier point, pas question de vivre dans le noir en été, et pas question non plus de laisser rentrer le soleil par les fenêtres durant cette période. Et en plus de cela, compte tenu des longues périodes de soleil en hiver, il nous fallait des vitrages très clairs permettant d’une part d’améliorer la lumière naturelle (TL transmission lumineuse) et laisser les apports solaires rentrer fortement en hiver car contribuant largement aux besoins de chauffage (Fs facteur Solaire).A chacun sa fonction : le vitrage pour la lumière et les apports solaires en hiver, l’occultation (obligatoirement extérieure) pour la protection solaire.

* Inertie thermique : la masse propre de certains matériaux lourds tels que la pierre, le béton, la brique, le bois dans une certaine mesure, permet d’absorber des hausses temporaires de température (du fait de leur chaleur massique) dans la mesure où ces derniers se trouvent à l’intérieur de l’enceinte isolée. C’est pour cela, par exemple qu’une maison isolée par l’extérieur sera plus fraiche en été qu’une maison isolée par l’intérieur.

2 – LES SYSTEMES

Chauffage : Dans le sud de la France, on a l’habitude de voir fleurir le chauffage électrique, compte tenu des consommations plus faibles. Pour nous, ce mode de chauffage était proscrit, car il ne faut pas oublier que si l’électricité française est en moyenne sur l’année, championne en matière d’émission de CO2 (par rapport aux autres pays voisins), ce que l’on dit trop peu, c’est que pour avoir un kWh à notre compteur, il a fallu en produire au moins 3!!! soit une perte de plus de 60%!! D’autre part, il faut savoir que c’est le chauffage électrique qui contraint le lancement des centrales thermiques en hiver en France. Au global, un kWh électrique dédié au chauffage dispose d’une performance environnementale catastrophique! et je ne parle pas non plus de l’impact sur la production de déchets nucléaires. Réservons l’électricité aux usages qui ne peuvent s’alimenter qu’avec cette énergie!

 Le chauffage, avec la production d’eau chaude sanitaire (ECS) étant un des postes les plus consommateurs de la maison, nous avons souhaité le réaliser à partir d’une source d’énergie renouvelable : le bois, ou plus exactement le granulé de bois.

l’ECS (eau chaude sanitaire) : Là encore, énergie renouvelable en base (on est quand même dans le pays du soleil…!), donc solaire. Pour l’appoint, compte tenu des très faibles besoins, nous avons préféré rester en appoint électrique pour la raison suivante :

Le facteur limitant d’un système de production d’ECS solaire est le risque de surchauffe du capteur en été (vaporisation du fluide du circuit primaire…). Donc quand on dimensionne traditionnellement une telle installation, on cherche à ne pas dépasser un taux de couverture solaire (des besoins) de l’ordre de 85% sur les mois d’été, ce qui limite la taille des capteurs, et donc leur production en hiver quand le soleil est moins fort! Or, certains installateurs (et bureaux d’études solaires comme TECSOL) connaissent bien une technique dite de « drain-back ». Son principe : lorsque le capteur s’approche de la surchauffe, le volume de fluide contenu dans le capteur se vide temporairement dans un ballon tampon. Donc plus de surchauffe. Lorsque la surchauffe passe (le soir), le capteur se recharge. Ce principe permet d’augmenter les surfaces de capteur et surtout leur performance propre sans risquer de tout faire sauter à la première journée de soleil! Cela permet aussi et surtout d’augmenter le taux de couverture solaire (plus de 80% sur l’année sur notre région). Dès lors, les consommations d’appoint étant très faibles, nous avons fait le choix de le faire en électrique.

L’éclairage et les usages électriques techniques :P rincipe simple : éclairage par fluorescence uniquement (les LED sont encore aujourd’hui deux fois efficaces énergétiquement d’ue lampe fluocompacte à ballast électronique). Détection de présence dans les zones de passage (circulation). Pour le chauffage : circulateur à vitesse variable. Electroménager : classe A au minimum.

Ventilation hygiénique : Deux principes étaient possibles : simple flux ou double flux. La simple flux a pour elle seulement l’avantage d’être peu couteuse à l’investissement. Son principe : l’air rentre par des entrées d’air dans les fenêtres, et ressort en toiture, aspirée dans les pièces d’eau. D’un point énergétique, c’est grandiose! on a beau être dans le sud… La double flux : plus d’entrée d’air en menuiseries. C’est une centrale de ventilation qui va souffler l’air neuf dans chaque pièce vie au débit voulu, va extraire l’air vicié dans les pièces d’eau. Au croisement des deux flux se trouve un échangeur thermique qui permet de transférer la chaleur de l’un vers l’autre (rendement échangeur valeur constructeur : de 60%  à 90%). Son inconvénient : il y deux moteurs, donc deux fois plus de consommation électrique.

Nous avons fait le choix de la double flux, en recherchant une centrale à haute efficacité  énergétique tant sur le rendement d’échangeur thermique que sur la performance des moteurs, en intégrant la variation électronique de vitesse.

 L’eau : nous recherchons deux choses : diminuer les besoins à la sources par des dispositifs hydro-économes, et deuxièmement, substituer l’eau potable par l’eau de pluie pour les usages possibles

 

SOLUTIONS TECHNIQUES

Enveloppe bâtie :

- La partie ancienne du mas (constituée de murs pierre) est isolée par l’intérieur en vue de refaire les façades extérieures en pierre. Isolation par 17 cm de laine de chanvre en deux couches, la première de 12cm (contre le mur) est sans ossature (pour éviter les ponts thermiques structurels), la seconde se trouve prise dans une ossature bois, ossature qui forme support pour le parement intérieur (panneaux bois OSB livingboard sans COV).
- La partie la plus récente sera isolée par l’extérieur par 15 cm de liège avec bardage bois (non défini aujourd’hui)

- Le sol sur terre-plein : isolé sur toute la surface par 10cm de liège expansé

- Ouvertures : menuiseries bois avec label Naboco – vitrages doubles Ug=1.1 W/m².K (le Uw des menuiseries est à 1.3 W/m².K). Classement AEV A4 (haute imperméabilité à l’air) – TL80% – Facteur solaire 63%.

- Toitures : 26cm de laine de chanvre sous toiture (partie ancienne) et sur comble (partie récente)

- Ponts thermiques de façade : tous traités, y compris au niveau des planchers (bois), les planchers étant désolidarisés des murs, et l’isolant passant entre plancher et mur Seul reste le pont thermique de refend formé par la mur pierre séparant l’ancienne et la nouvelle partie. On préfère conserver ce pont thermique et bénéficier de l’inertie de ce mur (40cm de pierre).

- Occultations : toutes les ouvertures sont équipées de volets bois battants avec persiennes orientables.

- Etanchéité à l’air: solution PROCLIMA pour les murs, et joints à gonflement ILLMOD TRIO de chez illbruck pour les menusieries (étanchéité vent, eau et air)

- Les cloisons : compte tenu de l’isolation intérieure sur la partie ancienne, il nous manque d’inertie thermique dans les étages. Pour cela, nous avons choisi de réaliser les cloisons en béton de chanvre de 10 cm d’épaisseur (mélange de chenevotte de chanvre mélangée à de la chaux. Cela reconstitue une partie de l’inertie, c’est excellent acoustiquement et en plus ça change du placo (j’aime pas le placo!)

- Les planchers des niveaux de la partie ancienne sont reconstitués en planchers bois sur poutres bois massif. Les planchers sont constitués d’un double plancher entre lesquels circulent les fluides (électricité, eau, chauffage…) et remplis de granulat de liège pour traiter l’acoustique entre niveaux.

- Les sols : carrelage au rez-de-chaussée et marmoleum de chez forbo-sarlino dans les étages (ça va pèter les couleurs!). Il s’agit du vrai linoleum (rien à voir avec les sols plastique qu’on appelle « lino ») fabriqué à partir d’huile de lin et se présentant sous forme de lattes, un peu comme du stratifié.

Systèmes :

- Chauffage : poêle à granulé avec distribution d’eau chaude sur un réseau de radiateurs. Le circulateur sera asservi au delta T (depart-retour) et sera à vitesse variable. Le poêle est de marque EXTRAFLAMME, d’une puissance modulante (3.6 à 12kW). La prise d’air comburant est gainée sur extérieur afin dene pas le prendre dans l’ambiance, ce qui serait mauvais pour l’équilibre aéraulique de la centrale VMC double flux, donc au rendement énergétique de son échangeur thermique.

- ECS : Chauffe-eau solaire ESE Ecosol 2.32, avec capteur de 5m² et ballon de production mixte solaire-électricité de 300L. Le réseau primaire (entre capteur et préparateur) sera équipé d’un dispositif d’auto-vidange (drain-back) pour éviter toute surchauffe du capteur.

- VMC : centrale double flux marque ATLANTIC type Duolix (moteurs à vitesse variable – échangeur statique à contre-courant rendement de récupération de 92%).

- Eau : mise en place de mousseurs ECOPERL 4.5L/min sur les lavabos et évier (au lieu de 12L/min) – Douche 7L/min- chasses wc 3/6L – mise en place d’une récupération d’eau pluviale alimentant un réseau d’eau non potable distribuant les wc et le lave-linge (l’eau est filtrée au préalable).

 

CONSOMMATIONS ENERGETIQUES

Afin d’estimer les consommations énergétiques et le confort d’été de la maison, j’ai réalisé une simulation thermique dynamique. J’afficherais prochainement les résultats de la simulations.

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

- Recettes catalanes et autres

Posté par Domaine Casanove le 15 août 2011

 

RECETTE AVEC OU SANS SAFRAN

Compoté de figues, oignons au safran

250 gr d’oignons doux, 600 gr de figues cuites, sel, poivre, gingembre, fenugrec, 5 à 6 pistils de safran.

Faire infuser le safran dans un peu d’eau tiède.

Mettre les figues fraîches coupées en morceaux dans une poêle avec un peu d’eau (environ 700 gr de figues fraîches). Nos figues sont particulièrement fruitée aucun apport en sucre ne sera fait. Laisser mijoter jusqu’à obtenir une belle compote, mixer.

Pendant ce temps dans une autre poêle faire revenir les oignons émincés (pour ne pas se piquer les yeux les tremper dans un récipient d’eau ou tremper ses doigts régulièrement dans l’eau). Mixer les oignons cuits, saler un peu, poivrer un peu, ajouter une pointe de gingembre et fenugrec.

Mélanger les oignons, les figues et le safran, cuire doucement 5mn. 

Se consomme tiède avec des viandes tel que magrets de canard, froid avec le foie gras ou jambon cru, ou à l’apéritif.

 

 

de Crevettes sauce au safran

Environ trente crevettes crues, 20 cl de crème fraiche épaisse, sel poivre, 6 pistils de safran ou 18 filaments.

Faire infuser le safran au moins deux heures avant, dans un peu de crème tiède.

Faire griller 2 min les crevettes dans une poêle huilée, ajouter la crème et le safran, laisser chauffer et infuser environ 3mn, servir.

Pour les personnes qui veulent ajouter du vin blanc, mettre un pistil de plus pour 24 cl de vin blanc. Le faire réduire au préalable.

 

Salade fraîcheur aux courgettes…

Légumes frais sont nécessaires pour une bonne réussite….

Carottes, citron, courgettes, pignons de pin, huile d’olive, vinaigre balsamique, sel poivre….

Selon la grosseur, une courgette suffit…

Râper la courgette avec une râpe qui a un bon diamètre, afin d’éviter de faire de la bouillie râpée.

Râper les carottes, mélanger les deux, et ajouter le citron pressé, le sel, le poivre, l’huile d’olive et un peu de vinaigre balsamique. Mettre au frais deux heures avant dégustation. Mettre les pignons de pin avant de servir….

 

Gratin de légumes aux figues avec des produits frais

Deux courgettes, deux aubergines, un poivron, un oignon, trois tomates, herbes de Provence, sel poivre, parmesan, et figues une dizaine, huile d’olive.

Au fond d’un plat allant au four, disposer les aubergines coupées en tranches fines, sel poivre parmesan, puis les courgettes coupées en rondelles fines, herbes, un peu d’huile d’olive, sel poivre. Puis mettre l’oignon coupé en cube, le poivron coupé en cube et les tomates coupées en rondelles.

Passer au four à température moyenne 10 mn puis couvrir et poursuivre la cuisson 20 mn. 5mn avant la fin de cuisson, disposer sur le plat les figues coupées en tranches fines et poursuivre la cuisson. Vérifier avec un couteau si les légumes sont cuits….

servir chaud ou tiède….

 

Soupe froide de pastèque au safran et crevettes

Une bonne pastèque, qui donnera à peu près 1l30 à 2 l pour 8 personnes.

Faire infuser 5 pistils de safran dans un peu d’eau chaude.

Mixer la pastèque saler, poivrer.

Verser la préparation dans un saladier, ajouter le safran infuser et mettre au frais 3 h minimum.

Avant de servir, dans une poêle huilée, faire revenir les crevettes avec de l’ail en morceaux.

Mettre la soupe dans des assiettes et ajouter les crevettes.

Un vrai régal très frais.

 

Saucisses de veau (provenant de l’élevage de Sébastien Barboteu ),au  Maury

Ultra simple et très bon. Saucisses de veau, échalotes, Maury. Pour 3 personnes, environ 400 gr de saucisses de veau, une échalote et 10 à 20 cl de Maury.

Mettre la saucisse et l’échalote dans un plat allant au four, cuire à four chaud pendant 5 mn, sortir du four et mettre le Maury. Poursuivre la cuisson th 190°, pendant environ 20 mn, jusqu’à ce que la saucisse commence à prendre une belle couleur. Arroser de temps en temps de Maury.

servir chaud.

La Tortilla de Paulina

Pour 4 personnes environ

24 filaments infusés dans un peu de lait, (environ 4 heures avant), 300 gr de pommes de terre râpées, 5 œufs, sel poivre. Mélanger la pomme de terre râpée avec l’œuf battu au préalable. Saler, poivrer et mettre le safran.

Faire chauffer une grande poêle avec un fond d’huile, puis y verser la préparation, couvrir, et mettre à feu doux. La tortilla cuit lentement, lorsque le dessus est cuit, retourner la tortilla et cuire l’autre face, en tout environ 20 à 30 mn. Elle ne doit pas être trop épaisse, afin de mieux cuire. 

Vous pouvez rajouter des poivrons rouges, du chorizo….

Crème renversée au safran

50 cl de lait, 60 gr de sucre roux de préférence, plus 30 gr pour le caramel, 3 œufs entiers, 5 pistils ou 15 filaments.

Pour le caramel :

 - Mettre le sucre avec un fond d’eau dans une casserole. Faire chauffer le tout environ 6mn, des bulles se forment et la couleur caramel apparaît. Tapisser le fond du moule. (Laisser tremper la casserole afin de détacher facilement le caramel collé.)

 Pour la crème renversée :

- Mettre le safran sec en miette et le faire infuser dans un peu de lait tiède, minimum 2 heures avant.

Rincer la casserole à l’eau claire avant de mettre le lait, afin d’éviter que ce dernier accroche. Porter à ébullition le lait. Mélanger les œufs avec le sucre. Puis ajouter le safran dans le lait chaud. Verser le tout sur les œufs et le sucre en remuant. Faire cuire le mélange dans un moule à cake au bain marie, à four moyen pendant environ 35 à 45 mn.

 

Le roulé au safran

Un petit dessert fort sympathique….un jeu d’enfant à faire…

Une à deux heures avant de commencer les gâteaux, faire tremper le safran (6 filaments ou plus) dans un fond de jus de citron.

pour le roulé : 150 gr de farine, 110 gr de sucre, 5 œufs et un peu d’eau. Mélanger les jaunes d’œuf avec le sucre, puis ajouter la farine remuer et ajouter un filet d’eau si la pâte est un peu trop épaisse. Monter les blancs en neige et les incorporer au reste délicatement avec une cuillère en bois. Étaler la pâte sur du papier sulfurisé préalablement beurré. Il est important de beurrer le papier sulfurisé.

Cuire à four moyen 180 degrés environ 20 mn, le gâteau est cuit lorsque l’on peut avec le doigt faire une légère pression dessus, il ne doit pas brunir. Th 5 pour les autres fours. Pendant la cuisson, presser deux oranges pour obtenir environ 200 gr de jus, ajouter 27 gr de sucre poudre roux de préférence,  1 gr d’agar agar, et le safran trempé dans le citron. Porter le tout à ébullition. Lorsque le gâteau est cuit, le sortir du four et verser la préparation encore tiède dessus. Verser la préparation doucement afin que le biscuit absorbe en partie la préparation et réserver quelques filaments de safran avec du jus. Rouler le gâteau et placer les filaments restants avec le jus sur le roulé. Penser à mélanger le jus le sucre et le safran avec une cuillère en plastique ou en métal, le bois absorbe en partie l’épice. Garder au frais avant de consommer

 

Verrine en fêtes


petite verrine en entrée : pour 6 verrines de 50 ml ronde

Environ 150 gr d’épinards, 5 cl de crème d’avoine, 1 gr d’agar agar, une pincée de sel.  Cuire les épinards, les mixer avec un peu de crème. Faire chauffer l’agar agar avec le reste de crème, porter à ébullition, puis ajouter les épinards mixés. Verser le tout, dans les verrines, au 3/4. Laisser prendre au froid. Pendant ce temps, faire la même gelée que ci-dessous, mais salée avec 50 ml de jus de fruit orange et citron. Une fois que la gelée est faite verser une fine couche sur les épinards. Pour finir, couper des petits carrés de saumon fumé et les déposer sur la gelée. Réserver au frais et déguster.

petite verrine dessert : pour 6 verrines de 50 ml carrée

200ml de jus d’orange et citron pressés. (environ une orange pour un demi citron)

1 gr d’agar agar

50 ml de sucre

3 grands carreaux de chocolat noirs

cannelle et gingembre confit.

Mélanger l’agar agar avec le jus orange citron et porter à ébullition. Laisser frémir deux à trois minutes. Ajouter le sucre dans la préparation encore chaude, mélanger et mettre dans des petites verrines carrées. Placer au froid. Faire fondre le chocolat noir et le verser sur la préparation  refroidie complètement et transformée en gelée. Verser une fine couche afin d’obtenir un craquant  de chocolat pas trop épais. Une fois refroidit, y déposer trois petits morceaux de gingembre confits 1mm environ et saupoudrer de cannelle. Garder au frais.

 

Filet mignon au safran
Un petit filet mignon de porc de 800 gr environ, deux verres de blancs (riesling d’Alsace), deux verres d’eau, un poivron rouge, deux échalotes, une cuillère de farine, environ 24 à 27 filaments préalablement trempés dans un peu d’eau tiède durant au moins une heure minimum.

Faire revenir dans une casserole ou un faitout les échalotes et faire dorer la viande. Ajouter la cuillère de farine, mélanger et mettre les deux verres de vin et d’eau, mélanger à nouveau. Ajouter les poivrons coupés en lamelles. Couvrir et cuire 20 minutes à feu doux, puis ajouter le safran, et laisser mijoter feu doux 20 minutes.

Accompagné de côtes de bettes, un vrai régal…. 

 

Un petit tour en Isère avec les Ravioles du Dauphin

 Incontestablement les meilleurs Ravioles sont les ravioles du Dauphin à Saint Marcellin, elles sont fines et raffinées. On ne les trouve pas en grande surface, mais chez des commerçants ou sur le lieu de leur fabrication.

Si vous avez congelé les ravioles, elles sont succulentes grillées à la poêle. Détacher les ravioles, faire chauffer un peu d’huile d’olive, et les mettre chauffer environ dix minutes. Servir chaud ou tiède avec une salade.

Sinon une gratinée de ravioles je vous renvoie sur un site ou sa recette est parfaite.

 

 

Figue rôtie au Maury

Une dizaine de figues violettes et fraîche moyennes.

Du Maury rouge 6 ans d’âge. Le Maury est un vin doux naturel qui trouve son origine dans les PO, à Maury.

Deux cuillère à soupe d’eau, de la cannelle

Couper les figues en deux, les disposer dans un plat à four, arroser de deux verres de Maury, mettre les deux cuillère d’eau, et saupoudrer de cannelle.

Cuire 20 minutes à Four traditionnel, 200 degré, puis les 5 dernières minutes à 180 degré. Eviter de remuer à la cuillère durant la cuisson pour ne pas écraser les figues.

Laisser refroidir, mettre au réfrigérateur. Avant de servir froid, mélanger, le jus restant et les figues.

 

Pissaladière

1 kg d’Oignons, 150 g d’anchois à l’huile Desclaux ou Roque, olives noirs de bonne qualité, de l’eau, un peu de crème d’avoine, huile d’olive, bicarbonate de sodium (une pincée), noix de muscade et une pâte à pain d’environ 400 g.

Après avoir éplucher les oignons et les avoir couper en petits morceaux (un bol d’eau à côté est indispensable, il permet de tremper les mains et le couteau régulièrement dedans afin d’éviter les yeux « qui pleurent »), les faire revenir dans une poêle avec un peu d’huile d’olive. Ajouter la pincée de bicarbonate de sodium, les deux cuillères à soupe de crème d’avoine, un peu de noix de muscade et cuire environ trente minutes afin d’obtenir une jolie coloration. Mélanger les anchois dans la poêle (en garder quelques un pour la présentation). Etaler la préparation sur la pâte à pain étendue, mettre les anchois entiers restant et les olives, cuire 20 minutes environs à 200 degré. Se déguste froid.

 

Poulpes à la catalane

Pour 4 personnes, 1 kg de poulpes, ail, coriandre, 2 oignons, deux feuilles de laurier, paprika et curcuma, sel, huile d’olive, une petite boite de tomate et des pommes de terre.(deux par personnes si petites)

Faire chauffer de l’eau et tremper trois fois les poulpes dans de l’eau bouillante, les laisser à chaque fois au moins une minute. Couper le poulpe en morceaux.

Dans un wok faire chauffer l’huile d’olive et y faire revenir l’ail, le coriandre, les oignons, tomates, le sel et épices. Ajouter ensuite les poulpes. Laisser chauffer à feu doux. Eplucher les pommes de terre, les couper en morceaux et les mettre dans le wok. Ajouter de l’eau afin d’arriver à la hauteur des pommes de terre. Laisser cuire 20 à 30 minutes. On peut ajouter un peu de piment d’Espelette. 

Se déguste chaud.

 

Pois chiches à la catalane

Personnellement j’utilise des pois chiches séchés, que je fais tremper une nuit et cuire le lendemain du trempage, dans une nouvelle eau, salée, avec un peu de bicarbonate de sodium pour accélérer la cuisson. 

Pour 4 personnes
300 g de pois chiches séchés ou une grosse boîte

150 g de chorizo coupé en morceaux

125 g de poitrine fraîche coupé en morceaux

1 boite de tomates pelées ou fraîches

Faire revenir dans un peu d’huile d’olive la poitrine fraîche, le chorizo puis la tomate environ 5 minutes. Verser les pois chiches, qui ont été cuits au préalable, avec le reste de la préparation et poursuivre la cuisson une dizaine de minutes. Rectifier l’assaisonnement en salant et poivrant selon les goûts de chacun. C’est un plat qui peut se manger chaud ou froid.

 

Les tartines

Pour une tartine

Tranche de pain (si on veut on peut frotter de l’ail sur le pain)

Une à deux tranches de tomate

Deux à trois anchois de Collioure à l’huile et vinaigre blanc (pour les personnes qui n’apprécient guère les anchois, ceux-ci peuvent être remplacés par des tranches de Mozzarella. Il faut éviter de prendre des anchois en saumur.

On peut rajouter des herbes de Provence

Disposer sur le pain la tomate puis les anchois (ou Mozzarella) et enfin les herbes

Cuire les tartines au grill ou au four 5 à 10 min

A déguster chaude ou froide.

 

Les tartines aux figues

Pour une tartine, une tranche de pain grillée ou biscotte, deux figues fraîches ou congelées, un peu de beurre et de la cannelle ( pour les personnes qui aiment plus sucré ajouté une cuillère de miel ou de sirop d’agave)

Sur la tranche de pain, étaler un petit peu de beurre, disposer dessus les figues couper en deux et ajouter la cannelle. Passer le tout au four, au grill, environ 10 mn. A déguster tiède ou froid.

 

Publié dans Liens | 2 Commentaires »

- Le Loriot d’Europe – le faucon crecerelle -

Posté par Domaine Casanove le 2 juillet 2011

 

Le Loriot

Un couple de Loriot d’Europe niche prés de chez nous, on peut suivre leurs allées et venues, pour nourrir leurs petits. Telle une flèche jaune, le mâle traverse les prairies. Magnifique spectacle. C’est un oiseau qui vient d’Afrique, il reste chez nous durant les beaux jours de mai à août. Nos figuiers intéressent particulièrement le Loriot d’Europe, car il aime les fruits et les insectes. Son chant est très caractéristique.

lorioteurope021.jpg

 

Le faucon crecerelle

 

Le 30 janvier 2013

Le faucon crécerelle survole toujours les alentours, ils guettent la moindre chose qui bouge…il aime se percher au dessus des safranières…

Maureillas Las Illas Pyrénées orientales 66

Avec le temps, seul la mère nourrissait les petits, un seul petit faucon est resté en vie et a pu prendre son envol. En général, ils nichent toujours au même endroit, vu que la maison sera habitée, on espère qu’ils nicheront quand même près de chez nous et surtout que la femelle se retrouvera un compagnon.

Un joli couple de faucon crécerelle niche sur le rebord d’une des petites fenêtres du Mas. Il y a actuellement trois petits oisillons à plumes blanches. Les parents planent en continu au dessus de nos têtes, à la recherche de nourriture pour leurs petits.

Le faucon crécerelle est en déclin, on en prend soin.

Le circaète jean le Blanc, la huppe fasciée, le loriot d’europe et bien d’autres espèces volent près de chez nous.

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans oiseaux | 2 Commentaires »

- Circaète Jean-le-Blanc

Posté par Domaine Casanove le 29 juin 2011

 Maureillas Pyrénées Orientales 66, Les Circaètes Jean-Le-blanc

Le 18 mars 2012

Trois circaètes sillonnent le ciel, ils partent en direction de Céret.

 

Ils nous offrent un superbe spectacle dans les airs…. de vrais acrobates….

On les voit régulièrement sur les communes de Céret et Maureillas dans les Pyrénées Orientales. Les cours d’eau et les murets de pierres sont des éléments fort appropriés pour accueillir la nourriture des Circaètes Jean Le Blanc. Ils se nourrissent principalement de serpents et de lézards, qu’ils avalent tout entier. 

Il m’arrive de voir perché sur un pylône électrique, le Circaète Jean le Blanc qui guette ses proies. On l’a même surpris, comme il nous a surpris, tout autant, dans les plantations de cerisiers de Céret, il était au sol, quand il a pris son envol, on a pu voir sa puissance au décollage et sa beauté.

Son envergure est d’environ 1m80, sa longévité peut être de 17 ans. 

Seul ou en groupe, il sillonne le ciel, en quête de nourriture. Il est capable, tout comme le faucon crecerelle, de vol stationnaire (vol du saint esprit), ses pattes pendent et sa tête dirigé vers le bas, il scrute le sol. Même lorsque  le vent souffle particulièrement fort, il est là quasi immobile dans les airs.

Pour connaître sa présence chez vous ou pres de chez vous cliquer sur le site Natura 2000
espèce menacée circaetejeanleblancdico2g.jpg

Publié dans oiseaux | 3 Commentaires »

- La nepe – le dytique – notonecte – gerris ou punaise d’eau

Posté par Domaine Casanove le 17 juin 2011

Maureillas Pyrénées orientales

 

En cette période de froid, il y a toujours des points d’eau stagnants, des piscines laissées sans traitement avec un peu d’eau au fond….Cette situation est bénéfique à la prolifération de tas d’insectes….mais qui sont ils ??

Le Dytique : sorte de punaise d’eau.

Sa taille est plutôt impressionnante, jusqu’à 5 cm. Le dytique comme sa larve, impressionnante de part son allure peu avenante, dévorent les autres insectes.

- La nepe - le dytique - notonecte - gerris ou punaise d'eau dans insectes dytique-150x111            larves-142x150 araignée d'eau dans insectes

Dytique                                              larve

 

La notonecte glauque : autre punaise d’eau

Elle vole et nage sur le dos. Elle pique visiblement facilement. Elle se nourrit elle aussi d’autres insectes, véritable carnassière.

notonecte_glauque-150x112 dytique

La nepe :

Elle aussi aime bien les eaux peu profondes, et particulièrement se cacher dans la boue pour attraper ses proies. Son aspect peu engageant se rapproche un peu du scorpion, d’ailleurs sa piqure est plutôt douloureuse.

N%C3%A8pe2-150x107 gerris

 

Le gerris: autre sorte de punaise ou araignée d’eau.

Bien connue, il court sur l’eau, il se déplace rapidement avec ses 6 pattes, 2 grandes de chaque côté et deux plus petites à l’avant.

 

Publié dans insectes | 1 Commentaire »

- Empuse (Mante Religieuse)

Posté par Domaine Casanove le 16 mai 2011

Décembre 2011 Maureillas PO

Cette fois l’appareil photo était avec nous, sauf que sa résolution n’est pas fantastique…..Voici la jeune empuse, le diablotin….Il est actif tout l »hivers et deviendra adulte en mai. Il se nourrit de petits insectes. Le diablotin aime se balader au milieu des cistes, des bruyères séchées…..dans la garrigue.  

Un lien avec de belles photos : empuse et le fenouil

a003.jpg                  a004.jpg

 crédit photo : http://empusefrance.canalblog.com

Juillet 2011 Maureillas PO

On a fait une étrange rencontre sur notre terrain, on pensait reconnaître une  mante religieuse très particulière, mais pas tout à fait, cette étrange rencontre se nomme Empuse. Nous avons fait connaissance avec un mâle, il se nourrit de mouches et de petites sauterelles. De couleur violet et vert avec de jolies antennes, il se balançait sur une brindille….superbe. Avant d’être adulte, on la nomme diablotin.

59164749empuse.jpg

vous pouvez agrandir l’image, afin de mieux m’observer

Publié dans insectes | Pas de Commentaire »

 

Maud in Mumbai ! |
LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fermé
| You're on my official's WEB...
| air du temps