1 – VINS natures certifiés AB

Posté par Domaine Casanove le 28 mai 2017

Vigneron depuis 2015 suite à une formation au CFPPA de Beaune. Le Domaine des Hélianthèmes proposent des vins en IGP Côtes catalanes, certifiés en agriculture biologiques et classés en vin nature.

rosé syrah 2015jpg            petite manon

Nous proposons à ce jour un blanc, un rosé, quatre rouges. Nos vins sont ni collés, ni filtrés. Nous travaillons nos vins en mono cépage, syrah, grenache, carignan.

 

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

2 – ROULOTTE 2 personnes

Posté par Domaine Casanove le 28 mai 2017

Roulotte pour deux personnes

 

OLYMPUS DIGITAL CAMERA          OLYMPUS DIGITAL CAMERA

Roulotte pour deux personnes avec salle d’eau et toilettes sèches, coin cuisine, tersasse, plancha.

A 7 mn de Ceret au milieu des mimosas sur le Domaine Agricole.

Un numéro pour réserver 0677343974

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

3 – GITE ecologique 4 personnes

Posté par Domaine Casanove le 28 mai 2017

 

GITE els Formigues pour 4 personnes

 

 

20160713_174858          20160614_104527

Des vacances au soleil, avec piscine, terrasse, 2 chambres, cuisine séjour, wc et salle d’eau. vous pourrez découvrir notre Domaine Agricole de 4 ha.

A 7 mn de Céret.

Un numéro pour réserver 0677343974 .

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

- La courtilière….

Posté par Domaine Casanove le 14 août 2013

- La courtilière.... dans Liens p7140733-300x225

Une jeune courtilière 1 cm environ….les plus jeunes que celle-ci sont plus petites et sont blanches. Elle a été trouvé en juillet 2013 dans une cavité à 15 cm de profond à peine.

La courtilière aime particulièrement le taupin et les meilleurs prédateurs de la courtilière sont : la taupe, la musaraigne. Mais la courtilière aime aussi les bulbes, les racines, les larves de hannetons….

imag0437-99x150 courtilière dans Liens                   imag0549-99x150 insecte de terre

Ses galeries sont profondes et le diamètre du trou dépasse 1 cm. Elle aime les terres argileuses, ce qui lui permet de faire des galeries très solides.

2013-07-13-08.32.43-1-300x225 insecte qui fait des galeries

Voici une courtilière adulte, celle-ci fait moins de 5 cm. on la nomme aussi  taupe grillon.

Un bon moyen pour lutter contre elle :

- les prédateurs naturels, si les taupes sont là, c’est qu’elles ont repéré de quoi se nourrir.

- l’huile végétal, une fois que l’on a repéré une cavité on l’inonde d’huile (10 cl environ), la courtilière  remonte à la surface après quelques minutes de patience.

 

 

Publié dans Liens | Pas de Commentaire »

- Plantation grenadiers fev2012

Posté par Domaine Casanove le 28 février 2012

Voici enfin quelques photos de la première campagne de plantation des grenadiers (c’est un pdf, donc pour faire défiler les photos, servez vous de la roulette de votre souris).

On remettra prochainement d’autre diaporamas sur cette campagne mémorable!

fichier pdf CAMPAGNE GRENADIER FEV2012             fichier pdf CAMPAGNE GRENADIER light2

 

 

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

- L’approche technique de la rénovation du Mas –

Posté par Domaine Casanove le 31 août 2011

Mise à jour : 05septembre 2011
Pour les personnes plus initiées, voici un topo technique sur le cheminement technique qui nous amené à faire les choix que nous mettons en oeuvre aujourd’hui.

STRATEGIE GLOBALE – OBJECTIFS

Tout d’abord, il s’agit d’une stratégie environnementale et plus particulièrement énergétique, basée sur les objectifs génériques suivants, les choix techniques à proprement dits ne venant qu’à la fin :

- Rendre l’habitation économe en énergie (par ses faibles besoins propres)

- Utiliser des matériaux sains afin de ne développer aucun composé organique volatil dans l’ambiance

- Une maison plus généreuse en lumière naturelle qu’elle ne l’était

- Une maison dont le confort thermique en été serait agréable, en proscrivant la climatisation

- Un bilan carbone (énergie grise* + énergie d’exploitation*) performant

*  Energie grise : énergie nécessaire au cycle de vie complet d’un matériaux »du berceau à la tombe » – énergie d’exploitation : énergie nécessaire au fonctionnement d’un bâtiment (chauffage, éclairage, ECS, auxiliaire chauffage et ECS, ventilation…)

- Et enfin valorisation des énergies renouvelables disponibles localement et servant à l’habitation

 Il s’agissait de concilier l’ensemble des objectifs, certains étant en contradiction avec d’autres… C’est ce qu’on appelle, dans le jargon HQE, la démarche multicritères. Et tout ceci pour un budget raisonnable (soutenable).

 

1 – THERMIQUE DE L’ENVELOPPE BATIE – BIOCLIMATIQUE

Notre climat est marqué par trois éléments : Des étés chauds (parfois très chaud), du vent pouvant être très fort (pour nous, c’est surtout le vent de la mer qui importe, car le mas est protégé de la tramontane) et des températures en hiver qui peuvent parfois descendre à -7°C.

Il fallait donc une maison fortement isolée, pour limiter les besoins de chauffage en hiver et limiter la pénétration de la chaleur par les parois en été, et bien entendu une excellente étanchéité à l’air.

Pour compléter cette base, nous avions besoin d’inertie thermique* pour améliorer le confort d’été couplée à un principe de ventilation naturelle nocturne efficace, et travailler sur le couple « vitrage / occultations ». Sur ce dernier point, pas question de vivre dans le noir en été, et pas question non plus de laisser rentrer le soleil par les fenêtres durant cette période. Et en plus de cela, compte tenu des longues périodes de soleil en hiver, il nous fallait des vitrages très clairs permettant d’une part d’améliorer la lumière naturelle (TL transmission lumineuse) et laisser les apports solaires rentrer fortement en hiver car contribuant largement aux besoins de chauffage (Fs facteur Solaire).A chacun sa fonction : le vitrage pour la lumière et les apports solaires en hiver, l’occultation (obligatoirement extérieure) pour la protection solaire.

* Inertie thermique : la masse propre de certains matériaux lourds tels que la pierre, le béton, la brique, le bois dans une certaine mesure, permet d’absorber des hausses temporaires de température (du fait de leur chaleur massique) dans la mesure où ces derniers se trouvent à l’intérieur de l’enceinte isolée. C’est pour cela, par exemple qu’une maison isolée par l’extérieur sera plus fraiche en été qu’une maison isolée par l’intérieur.

2 – LES SYSTEMES

Chauffage : Dans le sud de la France, on a l’habitude de voir fleurir le chauffage électrique, compte tenu des consommations plus faibles. Pour nous, ce mode de chauffage était proscrit, car il ne faut pas oublier que si l’électricité française est en moyenne sur l’année, championne en matière d’émission de CO2 (par rapport aux autres pays voisins), ce que l’on dit trop peu, c’est que pour avoir un kWh à notre compteur, il a fallu en produire au moins 3!!! soit une perte de plus de 60%!! D’autre part, il faut savoir que c’est le chauffage électrique qui contraint le lancement des centrales thermiques en hiver en France. Au global, un kWh électrique dédié au chauffage dispose d’une performance environnementale catastrophique! et je ne parle pas non plus de l’impact sur la production de déchets nucléaires. Réservons l’électricité aux usages qui ne peuvent s’alimenter qu’avec cette énergie!

 Le chauffage, avec la production d’eau chaude sanitaire (ECS) étant un des postes les plus consommateurs de la maison, nous avons souhaité le réaliser à partir d’une source d’énergie renouvelable : le bois, ou plus exactement le granulé de bois.

l’ECS (eau chaude sanitaire) : Là encore, énergie renouvelable en base (on est quand même dans le pays du soleil…!), donc solaire. Pour l’appoint, compte tenu des très faibles besoins, nous avons préféré rester en appoint électrique pour la raison suivante :

Le facteur limitant d’un système de production d’ECS solaire est le risque de surchauffe du capteur en été (vaporisation du fluide du circuit primaire…). Donc quand on dimensionne traditionnellement une telle installation, on cherche à ne pas dépasser un taux de couverture solaire (des besoins) de l’ordre de 85% sur les mois d’été, ce qui limite la taille des capteurs, et donc leur production en hiver quand le soleil est moins fort! Or, certains installateurs (et bureaux d’études solaires comme TECSOL) connaissent bien une technique dite de « drain-back ». Son principe : lorsque le capteur s’approche de la surchauffe, le volume de fluide contenu dans le capteur se vide temporairement dans un ballon tampon. Donc plus de surchauffe. Lorsque la surchauffe passe (le soir), le capteur se recharge. Ce principe permet d’augmenter les surfaces de capteur et surtout leur performance propre sans risquer de tout faire sauter à la première journée de soleil! Cela permet aussi et surtout d’augmenter le taux de couverture solaire (plus de 80% sur l’année sur notre région). Dès lors, les consommations d’appoint étant très faibles, nous avons fait le choix de le faire en électrique.

L’éclairage et les usages électriques techniques :P rincipe simple : éclairage par fluorescence uniquement (les LED sont encore aujourd’hui deux fois efficaces énergétiquement d’ue lampe fluocompacte à ballast électronique). Détection de présence dans les zones de passage (circulation). Pour le chauffage : circulateur à vitesse variable. Electroménager : classe A au minimum.

Ventilation hygiénique : Deux principes étaient possibles : simple flux ou double flux. La simple flux a pour elle seulement l’avantage d’être peu couteuse à l’investissement. Son principe : l’air rentre par des entrées d’air dans les fenêtres, et ressort en toiture, aspirée dans les pièces d’eau. D’un point énergétique, c’est grandiose! on a beau être dans le sud… La double flux : plus d’entrée d’air en menuiseries. C’est une centrale de ventilation qui va souffler l’air neuf dans chaque pièce vie au débit voulu, va extraire l’air vicié dans les pièces d’eau. Au croisement des deux flux se trouve un échangeur thermique qui permet de transférer la chaleur de l’un vers l’autre (rendement échangeur valeur constructeur : de 60%  à 90%). Son inconvénient : il y deux moteurs, donc deux fois plus de consommation électrique.

Nous avons fait le choix de la double flux, en recherchant une centrale à haute efficacité  énergétique tant sur le rendement d’échangeur thermique que sur la performance des moteurs, en intégrant la variation électronique de vitesse.

 L’eau : nous recherchons deux choses : diminuer les besoins à la sources par des dispositifs hydro-économes, et deuxièmement, substituer l’eau potable par l’eau de pluie pour les usages possibles

 

SOLUTIONS TECHNIQUES

Enveloppe bâtie :

- La partie ancienne du mas (constituée de murs pierre) est isolée par l’intérieur en vue de refaire les façades extérieures en pierre. Isolation par 17 cm de laine de chanvre en deux couches, la première de 12cm (contre le mur) est sans ossature (pour éviter les ponts thermiques structurels), la seconde se trouve prise dans une ossature bois, ossature qui forme support pour le parement intérieur (panneaux bois OSB livingboard sans COV).
- La partie la plus récente sera isolée par l’extérieur par 15 cm de liège avec bardage bois (non défini aujourd’hui)

- Le sol sur terre-plein : isolé sur toute la surface par 10cm de liège expansé

- Ouvertures : menuiseries bois avec label Naboco – vitrages doubles Ug=1.1 W/m².K (le Uw des menuiseries est à 1.3 W/m².K). Classement AEV A4 (haute imperméabilité à l’air) – TL80% – Facteur solaire 63%.

- Toitures : 26cm de laine de chanvre sous toiture (partie ancienne) et sur comble (partie récente)

- Ponts thermiques de façade : tous traités, y compris au niveau des planchers (bois), les planchers étant désolidarisés des murs, et l’isolant passant entre plancher et mur Seul reste le pont thermique de refend formé par la mur pierre séparant l’ancienne et la nouvelle partie. On préfère conserver ce pont thermique et bénéficier de l’inertie de ce mur (40cm de pierre).

- Occultations : toutes les ouvertures sont équipées de volets bois battants avec persiennes orientables.

- Etanchéité à l’air: solution PROCLIMA pour les murs, et joints à gonflement ILLMOD TRIO de chez illbruck pour les menusieries (étanchéité vent, eau et air)

- Les cloisons : compte tenu de l’isolation intérieure sur la partie ancienne, il nous manque d’inertie thermique dans les étages. Pour cela, nous avons choisi de réaliser les cloisons en béton de chanvre de 10 cm d’épaisseur (mélange de chenevotte de chanvre mélangée à de la chaux. Cela reconstitue une partie de l’inertie, c’est excellent acoustiquement et en plus ça change du placo (j’aime pas le placo!)

- Les planchers des niveaux de la partie ancienne sont reconstitués en planchers bois sur poutres bois massif. Les planchers sont constitués d’un double plancher entre lesquels circulent les fluides (électricité, eau, chauffage…) et remplis de granulat de liège pour traiter l’acoustique entre niveaux.

- Les sols : carrelage au rez-de-chaussée et marmoleum de chez forbo-sarlino dans les étages (ça va pèter les couleurs!). Il s’agit du vrai linoleum (rien à voir avec les sols plastique qu’on appelle « lino ») fabriqué à partir d’huile de lin et se présentant sous forme de lattes, un peu comme du stratifié.

Systèmes :

- Chauffage : poêle à granulé avec distribution d’eau chaude sur un réseau de radiateurs. Le circulateur sera asservi au delta T (depart-retour) et sera à vitesse variable. Le poêle est de marque EXTRAFLAMME, d’une puissance modulante (3.6 à 12kW). La prise d’air comburant est gainée sur extérieur afin dene pas le prendre dans l’ambiance, ce qui serait mauvais pour l’équilibre aéraulique de la centrale VMC double flux, donc au rendement énergétique de son échangeur thermique.

- ECS : Chauffe-eau solaire ESE Ecosol 2.32, avec capteur de 5m² et ballon de production mixte solaire-électricité de 300L. Le réseau primaire (entre capteur et préparateur) sera équipé d’un dispositif d’auto-vidange (drain-back) pour éviter toute surchauffe du capteur.

- VMC : centrale double flux marque ATLANTIC type Duolix (moteurs à vitesse variable – échangeur statique à contre-courant rendement de récupération de 92%).

- Eau : mise en place de mousseurs ECOPERL 4.5L/min sur les lavabos et évier (au lieu de 12L/min) – Douche 7L/min- chasses wc 3/6L – mise en place d’une récupération d’eau pluviale alimentant un réseau d’eau non potable distribuant les wc et le lave-linge (l’eau est filtrée au préalable).

 

CONSOMMATIONS ENERGETIQUES

Afin d’estimer les consommations énergétiques et le confort d’été de la maison, j’ai réalisé une simulation thermique dynamique. J’afficherais prochainement les résultats de la simulations.

Publié dans Liens | 1 Commentaire »

 

Maud in Mumbai ! |
LA FRANCE LIBRE |
ELEVAGE AMATEUR DE BOULEDOGUES |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Fermé
| You're on my official's WEB...
| air du temps